Différence formation initiale et continue

La formation initiale et la formation continue n’ont pas les mêmes bases. Il s’agit de deux régimes de formation bien spécifiques. Si vous vous posez la question de la différence entre formation continue et formation initiale, vous êtes au bon endroit. Nous vous expliquons tout ce que vous devez savoir sur les spécificités de ces deux régimes de formation.

Formation continue et formation : deux régimes bien distincts

La formation continue et la formation initiale sont deux types d’enseignement qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre. Les dénominations de ces deux types de formations sont très proches et ont pourtant chacune leurs spécificités. Comment s’y retrouver lorsque l’on cherche à construire son projet professionnel ?

A lire également : Pourquoi suivre une formation mutualisée ?

Quels que soient votre âge et vos ambitions, nous vous guidons pour que la différence entre formation continue et formation initiale soit claire pour vous. Au terme de la lecture de ce guide complet, vous serez en mesure de faire votre choix en clarté et en conscience.

Les points communs entre formation continue et formation initiale

La formation continue et la formation initiale concernent tous deux l’acquisition de compétences, de savoir-faire, de savoir-être et de savoir-vivre, dans le but d’exercer un métier. C’est le grand point commun entre formation continue et formation initiale.

Lire également : Les bons outils à connaître en tant que formateur professionnel ?

Dans les deux cas, vous avez la possibilité de valider vos connaissances par l’obtention d’un diplôme, d’un certificat ou d’une reconnaissance, selon les cas. Ainsi, que vous choisissiez la formation continue ou la formation initiale, vous vous lancez dans un cursus qui peut vous ouvrir des portes parce que vous aurez décidé de monter en compétences

Ce cursus peut par ailleurs être une continuité, un complément, ou un nouveau départ professionnel, dans le cadre d’une reconversion, par exemple. 

Dans les deux cas, vous avez accès à des formations payantes ou financées. Ceci se décide au cas par cas et en fonction de votre statut.

À l’issue de votre formation, vous avez la possibilité d’être intégré au marché de l’emploi en étant propulsé par les compétences que vous aurez acquises. Par ailleurs, ces deux types de formations sont en général proposés pour répondre à des besoins plus ou moins précis de la part des employeurs ou des formés.

Les différences entre formation initiale et formation continue

La différence majeure entre formation continue et formation initiale se situe sur  le public auquel les formations s’adressent

Ensuite, l’autre grande différence entre formation continue et formation initiale se situe sur le coût de ces cursus. Selon les domaines, les financements et les typologies, ces formations ne seront pas du tout mises au point de la même manière côté financier. Cela a des conséquences sur les formés, mais de nombreuses solutions existent pour suivre des formations en étant accompagné financièrement.

L’une des autres différences notables entre formation continue et formation initiale est l’organisation des cours et des sessions. Enfin, la durée de la formation initiale ne sera pas la même que celle d’une formation continue. Temps plein, cursus court, alternance… Les spécificités de la formation continue et de la formation initiale sont complètement à l’opposé. 

Ainsi, en fonction de ces divers critères, que nous allons vous détailler ci-dessous, les formés n’obtiendront pas du tout le même fond ou la même forme pour leur cursus. Si certaines formations se construisent à la carte et se conçoivent dans la durée (sur plusieurs années), d’autres formations sont courtes, non diplômantes, payantes, avec possibilités de financement ou non… Nous vous en disons plus quant aux spécificités de la formation continue et de la formation initiale.

Formation initiale : les caractéristiques

Commençons par la formation initiale. Elle s’oppose à la formation continue et désigne toute formation ou cursus dans lequel entrent en général les étudiants, dans la continuité interrompue de la scolarité. Un peu déroutant, nous vous l’accordons, puisque l’on parle de formation initiale et non de formation continue.

Le fait que cette formation se fasse directement après la scolarité est le critère primordial de la formation initiale. Par exemple, il peut s’agir d’un choix à faire suite à l’obtention du Bac : la formation initiale peut prendre la forme d’études supérieures dans le secteur public ou dans le secteur privé.

La formation initiale est une période d’apprentissage qui peut durer plus ou moins longtemps, selon le cursus choisi. L’étudiant acquiert des compétences, des savoirs propres à la filière de son choix. De manière générale, cette période d’études est sanctionnée par un diplôme, une attestation, un certificat ou tout du moins, une validation du cursus suivi.

En fonction du domaine d’études choisi, vous avez le choix entre un cursus en présentiel total ou un cursus en alternance.  Si l’on admet que vous souhaitez mettre un terme à votre cursus et que vous voulez reprendre ces mêmes études quelques années plus tard (plus de 2 ans), vous ne serez plus dans un cursus de formation initiale mais dans un processus de formation continue.

Comment s’organise une formation initiale ?

La formation initiale se divise en trois grand secteurs :

  • L’apprentissage
  • L’enseignement professionnel
  • L’enseignement supérieur

Ces trois voies principales représentent la continuité “classique” d’un cursus scolaire dans un système éducatif classique, lui aussi. Par système éducatif classique, on entend généralement le cursus allant de la maternelle à l’université

En soi, l’expression “formation initiale” est une expression que l’on entend beaucoup plus souvent dans le secteur de l’enseignement supérieur. La formation initiale est là pour transmettre à l’étudiant des connaissances et des compétences en vue de se préparer à son premier métier.

Les cours d’une formation initiale s’organisent à plein temps ou en alternance.

Formation initiale : l’apprentissage

L’apprentissage concerne en général les jeunes. L’apprentissage est une période d’enseignement en établissement scolaire de type Centre de formation. Ce cursus comprend des parties théoriques et des parties pratiques qui sont essentielles à la validation du diplôme et à l’obtention d’un CAP (Certificat d’aptitude professionnelle). 

Le système de l’alternance

Certaines formations initiales se font en alternance. L’alternant a alors le choix de décrocher un contrat de professionnalisation ou un contrat d’apprentissage. Le contrat de professionnalisation et le contrat d’apprentissage permettent tous deux à l’alternant d’avoir le statut de salarié et de jouir d’une certaine liberté, tout en se responsabilisant.

La formation en alternance peut se faire soit en CFA (Centre de formation des Apprentis) soit en entreprise. Le principe-même de l’alternance en formation initiale est de professionnaliser l’étudiant le plus rapidement possible afin qu’il intègre au mieux le monde du travail.

Les formations professionnalisantes en alternance répondent en général de manière efficace et pertinente aux besoins des entreprises en termes de main d’oeuvre et de compétences recherchées.

À noter : la formation initiale en alternance n’est pas accessible à tous les âges, selon le contexte (en général, accessible aux jeunes de moins de 29 ans).

Formation initiale : l’enseignement professionnel

Ce que l’on appelle enseignement professionnel correspond au cursus suivi par un élève en lycée professionnel. Ces établissements forment concrètement les jeunes à leur futur premier métier. Ce type de formation initiale se déroule sur deux années à la fin desquelles l’étudiant valide ou non son CAP (Certificat d’aptitude professionnelle) ou son BEP (Brevet d’étude professionnelle).

Des quantités de formations en lycée professionnel existent. Les guides d’orientation de type ONISEP permettent de bien s’y retrouver et de faire le bon choix de sa formation et de son cursus.

Formation initiale : l’enseignement supérieur

L’enseignement supérieur, lui, ne concerne que les grandes écoles et les universités. Dans le privé ou dans le public, un très large choix de formations existe aujourd’hui en France, dans  de nombreuses filières

En France, ce type d’études donne droit à la formation en DUT, en Licence ou en Master. Diplômés, les étudiants titulaires d’un Master sont alors libres de poursuivre leur cursus en troisième cycle (Doctorat) s’ils le souhaitent.

L’enseignement supérieur peut ensuite mener à la recherche, à l’enseignement, ou à un métier en lien avec les disciplines professionnalisantes (dans le cadre d’un master événementiel, par exemple)

À qui s’adresse la formation initiale ?

Vous l’aurez compris, la formation initiale s’adresse aux étudiants sortant du système éducatif classique et souhaitant poursuivre leur cursus, soit dans l’apprentissage, soit dans l’enseignement professionnel, soit dans l’enseignement supérieur. Quel que soit le choix effectué et le domaine choisi, le cursus engage l’étudiant dans l’apprentissage des bases d’un métier.

En choisissant l’une de ces trois options, en France, vous avez le statut étudiant ainsi que tous les avantages qui s’y rapportent (réductions, offre, etc.). 

Comment bénéficier de la formation initiale ?

Pour bénéficier de la formation initiale, il faut avoir validé les prérequis demandés par chaque établissement qui vous intéresse. Ainsi, on peut vous demander un brevet des collèges, un baccalauréat, etc. afin d’avoir le sésame d’entrée dans la formation qui vous intéresse.

Certaines sélections, que ce soit dans le secteur privé ou dans le secteur public, exigent un certain niveau et un bon dossier. Selon le secteur d’activité, ces exigences seront plus ou moins hautes.

Combien coûte une formation initiale ?

Si votre formation initiale intervient dans le secteur public, alors les frais d’inscription seront moindres ou symboliques. Ceci s’inscrit dans le cadre du principe de gratuité de l’école en France. Les frais de scolarité peuvent aussi être calculés selon les ressources du foyer familial, notamment dans l’enseignement supérieur. 

Les étudiants peuvent alors devenir boursiers et parfois même prétendre à un don ou à un prêt sur l’honneur, si leurs résultats sont jugés méritants. De nombreux systèmes ont été mis en place afin de permettre aux étudiants dans le besoin et sans grandes ressources, de poursuivre leurs études sans accroc. Diverses possibilités existent, avec notamment le Conseil régional, le Conseil départemental, les CROUS, les institutions sociales, etc.

Si en revanche votre choix se porte sur un cursus dans un établissement privé, les frais peuvent varier assez rapidement. Certains frais de scolarité sont tellement élevés dans certaines écoles privées qu’ils peuvent être jugés discriminatoires ou cautionnant un système élitiste. 

Quoi qu’il en soit, il est conseillé d’anticiper l’avenir professionnel et les études d’un enfant, afin de lui donner le choix plus tard, de son orientation. En ayant le choix, un élève a la possibilité de se rapprocher plus justement de sa voie professionnelle et d’une forme de vocation.

Formation continue : les caractéristiques

La formation continue s’oppose à la formation initiale. Elle entre presque systématiquement dans un cadre professionnel. En somme, si vous n’êtes plus dans une formation initiale en continuité avec votre cursus scolaire classique, vous entrez dans le cadre d’une formation continue.

Contrairement à la formation initiale, la formation continue s’adresse à toute personne souhaitant reprendre un cursus ou compléter un apprentissage passé. Public en reconversion, salariés, indépendants, demandeurs d’emploi, personnes en activité professionnelle quelconque… La formation continue propose de monter en compétences suite à l’acquisition d’un savoir nouveau ou complémentaire.

Les formations continues peuvent durer plus ou moins longtemps, mais sont en général plus courtes que les formations initiales. Le principe premier de la formation continue est de vous aider à compléter vos compétences via des sessions de formation professionnalisantes. Vous êtes engagé dans un cursus qui peut tout à fait être un complément par rapport à une formation précédente.

Les formations continues sont dans tous les cas axées sur le développement professionnel. Leur but est donc de permettre aux formés d’accéder à un emploi le plus rapidement possible après la validation de leur formation. La formation continue peut être sanctionnée par un certificat, une équivalence, une validation officielle ou officieuse, etc. Elle peut aller d’une simple formation en espagnol à une formation complète pour adulte.

Comment s’organise une formation continue ?

Une formation continue s’organise de bien des manières. Il peut s’agir de sessions courtes, en présentiel ou en distanciel. 

Bien souvent, la formation continue est à mener en dehors des heures de travail, le soir, le week-end et lors de votre temps libre. Si vous êtes salarié, des aménagements horaires sont parfois prévus et optionnels en accord avec l’employeur. Une réduction du temps de travail peut être négociée et validée afin de permettre au salarié de monter en compétences et revenir avec une plus-value professionnelle.

La formation continue s’organise de telle manière à vous permettre :

  • Une ouverture ou une évolution dans le cadre professionnel
  • Un complément de cursus en formation initiale
  • L’acquisition de nouvelles compétences professionnelles ou personnelles
  • L’obtention d’une certification reconnue (selon les cas)
  • L’obtention d’une nouvelle qualification demandée par l’employeur

Une formation continue peut se dérouler sur plusieurs jours ou plusieurs semaines, sous forme de cycle ou de session à temps partiel ou à temps plein. Elle peut aussi s’étaler sur plusieurs mois et vous amener à une certification inscrite au RNCP, le Répertoire national des certifications professionnelles.

À qui s’adresse la formation continue ?

La formation continue s’adresse à divers publics et profils d’adultes :

  • Actifs (salariés) du secteur privé
  • Actifs (salariés) du secteur public
  • Demandeurs d’emploi
  • Personnes en reconversion professionnelle
  • Retraités
  • Professions libérales
  • Indépendants et entrepreneurs
  • Jeunes diplômés, dans le cadre d’une alternance, par exemple

Dans tous les cas, la formation continue s’adresse à des personnes qui sont déjà pleinement intégrées au marché de l’emploi.

Comment bénéficier de la formation continue ?

La formation continue est dans tous les cas payante. Elle peut être financée par le futur formé lui-même, ou par des organismes, notamment dans le cas d’une reconversion professionnelle. Pour bénéficier d’une formation continue, vous avez plusieurs choix.

Vous pouvez soit effectuer votre parcours de formation à côté de votre activité professionnelle, sans que votre employeur ne soit au courant. Vous avez aussi le choix d’utiliser votre Compte personnel de formation (CPF). Si vous faites partie d’une certaine catégorie de population, vous pouvez aussi bénéficier d’une formation continue grâce au Pôle Emploi.

Votre employeur peut aussi vous encourager à vous former afin de monter en compétences et de prétendre à un poste plus intéressant dans votre structure. Il est alors possible de demander un CIF (Congé individuel de formation) à votre employeur, afin de bénéficier d’une formation qui sera utile au salarié et à l’entreprise. Parfois, l’initiative peut venir de l’employeur, afin d’encourager la mobilité professionnelle en interne et afin d’équilibrer les équipes.

Ces formations peuvent être plus ou moins longues, avec ou sans aménagements horaires sur votre temps de travail, en accord avec l’employeur. Tout dépendra de la formation ou de la session qui vous intéressera.

Combien coûte une formation continue ?

La formation continue est toujours payante. La question du financement est autre chose. Si vous êtes demandeur d’emploi ou en demande de reconversion professionnelle, sachez que la formation continue est mise en avant. Ceci permet à chacun de trouver sa voie, de se professionnaliser, d’obtenir une validation des compétences apprises et donc d’évoluer professionnellement.

Les financements des formations continues sont divers et variés. Suivant les domaines d’activités, les bassins d’emploi, les régions et même les départements, une formation continue peut être financée intégralement ou en partie.

Le Conseil régional, le Conseil départemental, le Pôle Emploi, votre CPF (Compte personnel de formation, votre entreprise ou encore le CEP (Conseil en évolution professionnelle) peuvent vous aider à déterminer la formation qui vous correspond et à la financer le cas échéant.

Toute personne ayant cotisé pour la formation dispose d’un CPF qui ouvre des  droits à la formation : renseignez-vous sur vos droits directement sur le site officiel du compte formation.

Une formation continue peut coûter plusieurs milliers d’euros, avec reste à charge nul pour le formé si les financements sont au vert. Elle peut aussi être hors de portée si aucun financement n’est possible. Il sera de la responsabilité du formé de payer de sa poche ou avec son CPF, sa formation continue, en aménageant sa vie autour des horaires proposés. N’oubliez pas qu’une formation continue peut s’effectuer en distanciel ou en présentiel.

Formation continue et initiale : que choisir ?

Faire le choix du bon type de formation est essentiel pour préparer au mieux son avenir. Orientation, choix professionnels… La préoccupation est légitime pour les publics concernés. 

La question de la formation, continue ou initiale, se pose à tout âge. Vous n’allez pas faire les mêmes choix de formation, selon votre âge, votre situation professionnelle, votre statut, vos envies, le temps donc vous disposez, etc.

Si l’on devait vous aiguiller, alors voici nos pistes :

  • La formation initiale n’est accessible qu’au public en continuité scolaire
  • La formation continue est automatiquement payante
  • Une formation initiale mène nécessairement à une forme de diplôme
  • Une formation continue ne mène pas forcément à un titre certifiant et reconnu

Si vous avez été étudiant dans les deux années qui précèdent votre demande, alors vous pouvez tout à fait faire passer votre demande pour une formation initiale. Si en revanche vous avez fait une pause dans vos études, alors il faudra envisager une formation continue, qui n’engage pas les mêmes frais.

Le choix doit donc être vite effectué pour vous, en fonction des critères éliminatoires de statut, de durée, de financement, etc. Voyons ensemble les avantages et les inconvénients de la formation continue, ainsi que ceux de la formation initiale.

Les avantages de la formation initiale

La formation initiale a le grand avantage d’avoir un panel très large de formations disponibles en France, tant dans le secteur public que dans le secteur privé.

Une grande partie de ces formations, notamment dans le domaine de l’enseignement professionnel et de l’apprentissage, est accessible à titregratuit ou pour une somme symbolique. Dans l’enseignement supérieur, si vous choisissez une formation initiale dans le domaine public, vous avez toutes sortes de possibilités d’aide au financement, notamment si vous répondez à certains critères.

L’enseignement et l’éducation en France sont donc accessibles à tout un chacun par le biais, entre autres, des bourses, des prêts sur l’honneur, et autres bourses au mérite. Dans le secteur public, la formation initiale peut aussi vous donner droit à des aides départementales ou régionales si vous justifiez d’une assiduité et de notes prouvant votre motivation dans votre cursus.

En tant qu’étudiant, vous bénéficiez aussi de tout un système de réduction de tarifs (salle de sport, cinéma, etc.) lorsque vous êtes inscrit avec ce statut en formation initiale.

Les inconvénients de la formation initiale

La formation initiale a un prérequis : l’assiduité et le présentiel de l’étudiant ou l’élève. Ceci signifie, en fonction de la formation que vous choisissez, que vous devez vous engager. Que vous soyez en lycée professionnel, en CFA, à la fac ou en institution privée, l’engagement sera le même et peut être pénalisant. C’est une sorte de contrat passé entre l’apprenant et ses formateurs.

A la fac, par exemple, des étudiants peinant déjà à financer leur année d’études peuvent parfois se retrouver dans des difficultés dues à l’impossibilité de travailler à côté. Lorsque les étudiants travaillent le week-end, les semaines sont chargées et intenses. On le sait, la vie d’étudiant peut être rythmée par une intensité hors du commun. 

En ce qui concerne l’alternance ou la vie en lycée professionnel, les configurations sont nombreuses, avec notamment la possibilité d’internat en lycée professionnel. Ceci peut être vu comme un inconvénient mais aussi comme un avantage.

Les avantages de la formation continue

La formation continue est idéale si vous souhaitez vous lancer dans une reconversion professionnelle. Si votre métier ne vous convient plus et que vous voulez entrer dans une nouvelle étape de votre vie, consultez toutes les offres de formations professionnelles en formation continue. Il y en a forcément une qui vous conviendra. 

Elle est aussi idéale pour les retraités qui ont du temps et qui souhaitent continuer de se former.

Pour les demandeurs d’emploi, elle constitue une véritable opportunité de refaire sa vie professionnelle ou de la compléter tout en étant accompagné, voire financé. Si vous en êtes arrivé à un stand-by dans votre vie professionnelle, une formation continue peut constituer une véritable aubaine pour vous recycler et continuer votre parcours. Les chemins professionnels ne sont plus aussi linéaires qu’auparavant et l’offre en formation continue pour adultes s’est peu à peu diversifiée.

Les inconvénients de la formation continue

Selon le domaine spécifique de formation continue que vous allez choisir, la reconnaissance au niveau de l’Etat ne sera pas la même. Comme on l’a vu plus haut avec le système des titres inscrits au RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles), c’est quitte ou double.

Si la reconnaissance officielle est parfois importante pour la mobilité professionnelle, elle peut toutefois être mise en avant par l’acquisition des aptitudes et des compétences si le titre concerné n’est pas inscrit au RNCP. 

Un autre inconvénient fait parfois reculer le public concerné par la formation continue ou la formation professionnelle pour les actifs. Il s’agit du coût de la formation continue. En effet, à moins d’être dans des systèmes de financements (employeur/entreprise, Pôle Emploi, Région/Département, organismes privés, etc.), le prix de ces formations est souvent exorbitant pour une seule personne formée.

Nous vous rappelons donc l’existence du Compte personnel de formation (CPF) qui permet à toute personne ayant cotisé lors de contrats de travail officiels, de cumuler des droits à la formation et de se réorienter ou de monter en compétences le moment venu. Une demande est à faire auprès de votre Pôle Emploi, de votre employeur, ou directement auprès de l’organisme qui gère votre CPF, concernant les possibilités de formation qui s’offrent à vous.

Différence entre diplôme, certificat et qualification

Lorsque se pose la question du choix entre une formation initiale et une formation continue (si votre statut vous offre ce choix), il est important de faire la différence entre les diverses formes de reconnaissance qu’il est possible d’obtenir en France : diplôme, certification ou qualification ?

Formation diplômante : définition

Une formation diplômante permet d’obtenir un diplôme reconnu par l’Etat. Il s’agit des formations suivantes, entre autres :

  • BP (Brevet professionnel)
  • CAP (Certificat d’aptitude professionnel)
  • Baccalauréat
  • BTS (Brevet de technicien supérieur)
  • Licence
  • Master
  • Doctorat

Les VAE (Validation d’acquis par l’expérience) permettent aussi dans certains cas d’accéder au diplôme.

Une diplôme d’Etat est valide sur le plan national et peut avoir des équivalences sur le plan européen voire international. C’est là l’intérêt des formations diplômantes. Une formation diplômante peut se faire en interne, être courte ou longue, et peuvent parfois être rémunérées dans le cadre d’une alternance avec un emploi.

Formation qualifiante : définition

Une formation qualifiante est une sorte de formation complémentaire qui peut être suivie dans le cadre d’un poste. Une formation qualifiante s’inscrit essentiellement dans le cadre d’une visée professionnelle immédiate. La prise de compétencesest rapide et le formé devient opérationnel en peu de temps.

La formation qualifiante ne permet que rarement d’accéder à une certification officielle. Tout au plus, une attestation peut vous être délivrée pour valider votre suivi et vos aptitudes.

Toutefois, un titre homologué peut être mis en place par le Pôle Emploi par exemple, afin d’obtenir une reconnaissance professionnelle et faciliter le retour à l’emploi pour les publics concernés.

Suite à l’acquisition de ces nouvelles compétences, la formation qualifiante est un réel atout car elle permet l’évolution et la mobilité professionnelle, notamment en interne. Une formation qualifiante peut être courte ou longue, en interne, et peut aussi se faire dans un établissement spécialisé par mandat.

Formation certifiante : définition

La formation certifiante, elle, comprend plusieurs types de formations. Ce sont généralement des cursus courts à visée professionnelle rapide. Le public concerné est un public actif, qui peut se voir délivrer une certification à l’issue de la formation. Les compétences acquises, contrairement à une formation diplômante, correspondent directement à un métier précis.

Les formations certifiantes sont :

  • les Titres professionnels
  • les Certificats de qualification professionnelle (CQP)

Les titres professionnels sont en général inscrits au RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles). Il en existe plusieurs centaines, validant vos compétences, votre suivi et vos aptitudes professionnelles en la matière.

Les CQP sont spécifiques à une certaine branche professionnelle. Les entreprises sont souvent en demande de salariés ayant acquis certaines CQP dans le but d’obtenir le poste souhaité. Ces formations sont en quelque sorte sur mesure et répondent de manière précise à des besoins professionnels réels. Les CQP ne sont en revanche pas adaptées aux personnes qui cherchent à valider et à acquérir des compétences aussi transversales que celles offertes par une formation diplômante.

On dit souvent que certaines formations diplômantes sont tellement vastes et inadaptées à la réalité du marché de l’emploi que les étudiants diplômés sont inaptes à être embauchés et nécessitent d’être à nouveau formés en arrivant sur le marché du travail. À chaque type de formation ses débouchés, ses spécificités et son but.

Le RNCP et le Répertoire Spécifique

Les formations peuvent être reconnues de manière officielle, soit par le RNCP, soit par le Répertoire Spécifique.

Le Répertoire national des certifications professionnelles

Il faut savoir que certaines formations, qu’elles soient initiales ou continues, sont inscrites au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) tandis que d’autres non. De fait, toutes les formations initiales sont inscrites d’office au RNCP.

Si vous optez pour une formation continue, il sera de votre responsabilité de voir quel crédit vous accordez à une telle validation officielle, en fonction de vos attentes et de votre parcours.

Une formation ou un titre certifiant inscrit au RNCP signifie que la formation initiale ou continue que vous avez effectuée ou à laquelle vous êtes inscrit est reconnue par l’Etat. Chaque titre est classé selon sa valeur en rapport avec les échelons Bac +.

Ceci peut favoriser la mobilité professionnelle. Dans tous les cas, vous acquérez des aptitudes non négligeables dans des domaines professionnels bien spécifiques. Dans le cas où votre formation n’est pas inscrite au RNCP par France Compétences, vous pouvez toutefois faire valoir vos aptitudes en prouvant que vous avez suivi le cursus et validé un certain nombre de modules.

Pour vous aider à y voir clair, voici les échelons bac+ des titres RNCP :

  • Titre de niveau 8 : niveau de formation équivalent à un doctorat
  • Titre de niveau 7 : niveau de formation équivalent à un Master ou à un Bac + 5
  • Titre de niveau 6 : niveau de formation équivalent à une Licence, ou à une Maîtrise (Bac + 3, Bac + 4)
  • Titre de niveau 5 : niveau de formation équivalent à un DUT, un BTS (Bac + 2)
  • Titre de niveau 4 : niveau de formation équivalent à un BP (Brevet professionnel), un BT (Brevet de technicien) un Bac professionnel ou technologique
  • Titre de niveau 3 : niveau de formation équivalent à un CAP ou à un CFPA (certificat de formation professionnelle des adultes)

Par ailleurs, à titre d’exemple, le BPJEPS est inscrit automatiquement au RNCP.

Le Répertoire Spécifique

Le Répertoire spécifique recense certaines habilitations très spécifiques qui sont appliquées au domaine professionnel. Certaines de ces certifications ou habilitations sont obligatoires pour exercer l’activité, d’autres sont facultatives mais recommandées :

  • Les certifications répondant à une obligation de réglementation (CACES, habilitation, électrique, etc.)
  • Les certifications répondant à une norme de marché, qui peut être exigé à l’embauche (exemple : certification TOEIC, etc.)
  • Les certifications répondant à une utilité socio-économique et qui contribuent à la qualification de la personne (exemple : tuteur, etc.)

…. Et la reconnaissance sur le marché du travail

Enfin, en dehors du RNCP et du Répertoire spécifique, il existe des reconnaissances sur le marché du travail. Les recruteurs apprécient par exemple de voir leurs futurs salariés aptes après avoir suivi une formation très spécifique quoique non certifiante, diplômante ou qualifiante.

Les employeurs étant à l’affût de main d’oeuvre opérationnelle, ils vont volontiers proposer eux-mêmes de créer des parcours de formation qui répondent totalement à leurs besoins en termes de développement. Ce genre de formation se développe de plus en plus. 

Les formés sont recrutés en formation, puis en stage, puis enfin en poste. Tout un parcours a ainsi été suivi, tout en étant financé par des organismes et en favorisant l’insertion ou la réinsertion de publics fragilisés sur le marché de l’emploi.

Entrer dans la vie active avec les meilleur outils

Vous souhaitez vous lancer dans une formation diplômante, qualifiante ou certifiante ? Evaluez d’abord votre statut. Vous saurez alors quelles formations vous sont accessibles. En vous rapprochant d’organismes d’orientation ou de conseillers Pôle Emploi, il est possible de trouver des pistes professionnelles à la carte, qui correspondront totalement à ce qui vous ressemble.

Que ce soit une reconversion professionnelle ou tout simplement pour ajouter une corde à votre arc, vous entrez dans la vie active ou vous poursuivez votre parcours professionnel avec les meilleurs outils.

Bien évidemment, collectionner les diplômes n’est plus d’actualité aujourd’hui. Les modèles et les schémas professionnels ont évolué et les entreprises sont d’autant plus à la recherche de personnel qualifié “prêt à travailler“, plutôt que de jeunes diplômés remplis de savoir théorique mais manquant cruellement de pratique professionnelle.

Des parcours de formation en renouvellement

C’est dans ce contexte que les formations se sont développées, que ce soit les formations qualifiantes, certifiantes, dans le secteur de la formation continue. Les adultes sont aujourd’hui nombreux, au cœur de toute une génération, à souhaiter se reconvertir, changer de voie, explorer d’autres domaines.

Conscients de ces mutations professionnelles et sociétales profondes, les organismes de formation sont à leur tour en développement actif de formations pouvant répondre à des futurs exigences d’employeurs. Les métiers de demain ne sont plus ceux d’hier et nécessitent une force de proposition dans le renouvellement du secteur de la formation professionnelle.

Une société en mutation: la formation s’adapte

Aujourd’hui, on note aussi de profondes mutations en termes de demande, au vu de la crise sociale qui secoue le pays et le monde entier. Les attentes des salariés ne sont plus les mêmes, les attentes des employeurs évoluent.

Par ailleurs, la mutation qui s’opère au niveau de la population française vieillissante ne peut qu’encourager la création de nouveaux métiers en lien avec le service, la solidarité, les nouveaux moyens de créer du lien. Au sein-même du monde de la formation, on constate ainsi un retour à des valeurs plus humaines, ce qui est plutôt rassurant pour l’avenir.

Aujourd’hui, il est évident qu’un diplôme n’a plus du tout la même valeur qu’il y a 25 ans. Nombreux sont les travailleurs ayant suivi de longues études pour finalement accepter de travailler pour une infime partie de leur valeur sur le marché du travail. C’est aussi dans ce cadre-là que le secteur de la formation a tout à gagner : en revalorisant ces populations qui se placent automatiquement en déclassement professionnel (voire en sabotage), elles pourront à coup sûr réinjecter une force au cœur de la société française.

Show Buttons
Hide Buttons