Comment mettre fin au contrat de travail d’un employé ?

Pour des raisons bien spécifiques, un employeur peut décider d’un moment à l’autre de rompre le contrat de travail d’un salarié. Cette rupture reste toutefois très délicate, car elle est régie par des réglementations et implique un certain nombre de procédures à suivre. Avant de licencier un employé, découvrez tout ce qu’il faut savoir sur la rupture de contrat de travail.

Quels sont les motifs de rupture d’un contrat de travail ?

Les motifs de rupture de contrat de travail sont multiples et variés.

A lire en complément : 4 conseils pour bien rédiger une lettre de motivation

La rupture de contrat de travail par licenciement

Vous pouvez, en tant qu’employeur, décider de licencier votre employé pour différentes raisons. Celles-ci diffèrent d’un type de licenciement à un autre :

  • licenciement pour faute,
  • licenciement pour motif personnel,
  • licenciement pour motif économique.

Le licenciement pour faute est un mode de rupture qui vous permet de mettre fin au contrat de travail de votre salarié suite à une faute qu’il a commise. Le licenciement peut être justifié par une faute simple (absence injustifiée, des retards répétés…), d’une faute grave (plusieurs absences injustifiées, harcèlement, vol, état d’ivresse, etc.) ou d’une faute lourde. Cette dernière concerne les actes posés par le salarié avec la volonté de nuire à l’entreprise (divulgation des informations visant à discréditer la société par exemple).

A lire aussi : 3 métiers pour les amoureux des plantes

Vous pouvez licencier votre employé pour motif personnel lorsque vous lui reprochez des faits comme l’incompétence, l’inadaptation professionnelle, des erreurs ou une désorganisation empêchant la continuation de la relation de travail. Les raisons de ce type de licenciement (encore appelé licenciement pour insuffisance professionnelle) sont principalement liées aux capacités professionnelles de l’employé. Elles doivent être réelles, objectives et matériellement vérifiables.

En ce qui concerne le licenciement pour motif économique, il n’est pas justifié par un défaut concernant l’employé, mais plutôt par une mauvaise santé financière de la société. Il peut s’agir de difficultés économiques relatives à la réduction du nombre de commandes ou à la baisse du chiffre d’affaires de l’entreprise. Le licenciement pour motif économique peut être également justifié par la mutation technologique (mise en place d’outils technologiques ou informatisation), la réorganisation ou la cessation complète de l’activité de la société. À ce niveau, un ou plusieurs contrats peuvent être résiliés et la procédure à suivre dans chaque cas est très spécifique.

rupture conventionnelle

La rupture conventionnelle

La rupture conventionnelle vous permet de rompre de manière légale et amiable le contrat de votre salarié en CDI (contrat à durée indéterminée). Elle peut être individuelle ou collective, c’est-à-dire qu’elle peut concerner un seul employé ou un certain nombre. La rupture conventionnelle repose sur un accord commun entre vous et l’employé. La volonté commune est donc obligatoire (aucune des parties ne doit subir une pression). Contrairement au licenciement (en dehors du licenciement économique), la rupture conventionnelle permet à l’employé d’avoir droit à l’allocation chômage.

Il pourra également bénéficier d’une indemnité fixée lors de son départ de la société. Le montant minimum de l’indemnité de rupture conventionnelle est strictement fixé par la loi. Si vous souhaitez rompre le contrat d’un salarié, il existe des plateformes que vous pourrez consulter pour mieux vous renseigner. Vous y trouverez toutes les informations nécessaires pour réaliser la rupture conformément à la loi en vigueur afin d’éviter tout éventuel problème.

Comment la rupture doit-elle être communiquée au salarié ?

La rupture de contrat de travail est un acte très délicat. C’est pour cette raison qu’il est important de faire attention lors de son annonce. Avant de communiquer un licenciement, interrogez-vous sur les raisons et les circonstances à l’origine de l’initiative. Cela est très bénéfique pour travailler votre approche et votre argumentation face à l’employé en question. Dans le cadre d’un licenciement disciplinaire, vérifiez correctement que les raisons évoquées sont objectives, sérieuses et réelles.

Cela vous permet d’éviter les éventuelles contestations devant le conseil de prud’hommes. Pour les autres motifs, il est recommandé de constituer un dossier pour expliquer le processus. Pour vous séparer de manière formelle d’un employé, vous devez au préalable le convoquer à un entretien de licenciement. La convocation peut être envoyée par une lettre recommandée avec accusé de réception ou remise en main propre contre une décharge signée. Elle doit également parvenir le salarié au minimum 5 jours ouvrables avant l’entretien préalable.

En cas d’annonce verbale publique, la décision ne sera pas juridiquement valide. Vous devez en amont discuter avec l’employé afin de justifier votre décision pour éviter tout éventuel litige. Si nécessaire, permettez-lui de se défendre. Il peut aussi proposer d’autres solutions pour remédier à la situation et empêcher son licenciement. Pour communiquer une rupture de contrat de travail, vous devez par ailleurs respecter les délais légaux. Il convient en effet de notifier la rupture par courrier recommandé avec accusé de réception au moins 2 jours après l’entretien préalable. Après toutes les formalités administratives, vous pourrez annoncer le départ de l’ancien employé à l’ensemble du personnel.

Les conséquences d’une rupture abusive d’un contrat de travail en France

Lorsque vous décidez de rompre le contrat de travail d’un salarié sans motif réel et sérieux en France, la rupture peut être jugée abusive par le conseil de prud’hommes. Vous pourrez dans ce cas être amené à verser des réparations à l’employé. La nature et le montant de cette indemnisation dépendent de l’ancienneté de ce dernier et du nombre d’employés dans la société. Si le salarié a au moins 2 ans d’ancienneté et l’entreprise compte au minimum 11 salariés, le juge peut envisager la réintégration de l’employé.

Celui-ci pourra également maintenir tous ses avantages. Si vous vous opposez à la réintégration du salarié (ou si celui-ci refuse d’être réintégré), vous devrez lui verser une indemnité. Le montant de cette indemnité est défini en fonction des préjudices que l’ancien employé a subis (difficultés à trouver un nouvel emploi en raison de son âge par exemple). Cette indemnité ne peut en aucun cas être inférieure aux 6 derniers mois de salaire de l’employé (article L1235-3-1 du Code du travail).

licenciement, rupture conventionnelle

Quel est le délai de préavis à respecter avant de rompre un contrat de travail ?

Toute rupture de contrat de travail (que ce soit par démission ou par licenciement) doit en principe donner lieu à un délai de préavis. La durée du préavis varie en fonction de l’ancienneté du salarié au sein de l’entreprise. En cas de licenciement, un employé qui a passé entre 1 et 6 mois dans une société doit bénéficier d’un délai de préavis fixé par la convention collective ou accord collectif. Si le salarié a travaillé plus de 6 mois, mais moins de 2 ans dans l’entreprise, le délai de préavis est fixé à 1 mois.

En revanche, si ce dernier a passé plus de 2 ans dans votre structure, vous devez lui accorder un délai de préavis de 2 mois. Dans le cas d’un salarié handicapé, la durée du délai de préavis sera égale au double de celle fixée pour les autres employés, dans une limite de 3 mois. En cas de démission, il n’existe pas un délai de préavis défini par la loi, à l’exception des métiers de journalistes ou de représentants de commerce. Vous devez dans ce cas vous référer aux règles de la convention collective ou à l’accord collectif. Il y a néanmoins certains cas dans lesquels le salarié ou l’employé ne sont pas obligés de respecter ce délai de préavis :

  • une dispense accordée par l’employeur,
  • un licenciement pour faute grave ou lourde,
  • une rupture de contrat pour inaptitude…

En tant qu’employeur, vous pouvez si vous le souhaitez autoriser un salarié à démissionner de ses fonctions sans respecter la durée de préavis prévue. En cas de faute grave ou lourde, vous êtes aussi libre de rompre le contrat de travail sans respecter le délai de préavis. Le salarié qui est licencié pour faute grave ne peut bénéficier d’indemnités de licenciement. Vous n’êtes pas non plus obligé d’accorder un délai de préavis à un salarié lorsque vous le licenciez parce qu’il n’est pas apte à accomplir les tâches qui lui incombent.